Par-delà le Seuil

[FORUM FERMÉ]Depuis la base du mur gelé au Nord de Westeros jusqu'aux dunes désertiques de Tatooine, en route pour l'aventure !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le silence est le sanctuaire de la prudence.

Aller en bas 
AuteurMessage
Sansa Bolton

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 14/09/2018
Age : 19
Localisation : Chez moi

MessageSujet: Le silence est le sanctuaire de la prudence.   Lun 17 Sep - 20:48

De lents flocons retombaient sur le sol blanc de la forêt sacrée, recouvrant le monde d'une épaisse couche cotonneuse. Tout était calme, apaisant, et même pour ainsi dire accueillant : un refuge pour le corps et l'esprit, un sanctuaire où les Anciens Dieux veillaient de leurs yeux ensanglantés.
La tranquillité des lieux, toutefois, fut troublée par un bruit de grincement étouffé, lent et régulier. Sansa Bolton, née Stark, venait de pénétrer dans la lisière bordant les bois de Winterfell. Chacun de ses pas en fendillaient la surface, laissant la trace de ses empreintes, aussitôt effleurée par le lourd tissu de sa cape d'hiver.
Une brise légère animait la fourrure qui en bordait l'extrémité supérieure, lui chatouillant le visage alors que de chacun de ses souffles émanait une buée. Il faisait froid, mais cela ne la dérangeait pas. C'était une atmosphère bien moins pesante que celle qui régnait entre les murs de sa maison d'enfance, désormais aux mains des Bolton... s'en éloigner - même de quelques minutes seulement - au profit d'une balade aux alentours des arbres nus, était toujours une délivrance.
La jeune fille aux cheveux roux avait toujours agit de cette manière, lorsque nulle lueur d'espoir ne semblait se profiler à l'horizon. Elle prenait du recul sur la situation, et s'en allait prier les Dieux pour leur clémence. Jusqu'alors, son avis sur le succès d'une telle entreprise était mitigé. Sa situation pouvait être pire.. ;

« Les choses peuvent toujours empirer »

...mais elle ne pouvait pas vraiment dire qu'ils avaient fait preuve de bonté pour autant. Sa famille avait été en grande partie décimée, impitoyablement, sourds à ses appels et ses supplications. Par ailleurs, elle était bien loin de ce qu'elle avait pu s'imaginer, petite fille, en matière de mariage avec le Prince Charmant.

La cérémonie avait eu lieu ici même. Elle s'en souvenait aussi fidèlement que possible, chaque élément du décor, la noirceur du soir, la neige qui tombait avec délicatesse, comme aujourd'hui. Cette robe magnifique qui la recouvrait, les lueurs tremblantes des torches qui retraçaient le sentier jusqu'à son Promis, le silence religieux -ou craintif?- des témoins du mariage tout autour. Theon Greyjoy, paré comme un seigneur mais la mine pâle et creusée. Et Ramsay, aux côtés de son père Roose Bolton. Dans son souvenir, la scène était suspendue, comme si le Temps lui même avait retenu son souffle pour y assister.

Sa démarche fastidieuse contre les éléments glacés de la Nature la menèrent face à l'Arbre Millénaire grimaçant, dont l'écorce claire contrastait avec le pourpre de ses feuilles, lesquelles restaient inexorablement accrochées aux branches lorsque les autres arbres se dénudaient. Si autrefois pareille silhouette lui apportait du réconfort, elle lui rappelait à présent qu'il avait été le témoin silencieux de ce guet-âpens, sans jamais avoir levé une seule feuille pour s'y opposer ; aussi séduisants avaient pu être ces vœux aux premiers abords.

Car oui, la beauté de ce moment avait bien vite connu l'amertume de la désillusion et la cruauté de la vérité. Elle s'était fourvoyée, comme toujours, dans son opinion première à raison de quelques sourire galants et une belle figure. « Venge-les », lui avait soufflé Lord Baelish. Elle n'était plus sûre d'en être capable, à présent... quand elle voyait ce à quoi avait été réduit Theon Greyjoy, elle avait peur d'être un jour mutilée à son tour, jusqu'à ce que suffisamment de bouts d'elle lui soient arrachés pour en perdre son identité. Ou qu'un beau matin, elle ne découvre le cadavre d'un autre de ses frères et sœur, en guise de présent marital. Dieux merci, elle n'avait plus à croiser le paternel dans les couloirs ou autour d'un repas, ce dernier étant resté à Fort-Terreur... car si son séjour forcé était hanté par le spectre des visites nocturnes, ses journées ne connaissaient nul repos et nulle issue à ses tourments face à l'assassin de son frère Robb.

Refermant les yeux, elle s'agenouilla doucement sur le tapis de glace pour joindre ses mains glacées, priant pour que les Dieux aient pitié de leur âme, à tous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le silence est le sanctuaire de la prudence.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Par-delà le Seuil :: Westeros :: Le Nord :: Winterfell-
Sauter vers: